La stéatite

 

Anna Sutter                                             sculpture

 


Ma matière préférée est la stéatite,
aussi appelée pierre savonnière ou
pierre ollaire. C’est une roche remaniée
dans les profondeurs du manteau ter-
restre par les températures extrêmes
et la pression produites dans les zones
de collision entre plaques tectoniques.

Elle est essentiellement composée
de talc, mélangé à d’autres minéraux
tels que serpentinites, chlorites, magné-

sites. Les couleurs en sont variées :
noir, divers gris, tons ocres, brun,
toutes les nuances de vert, rose... Elle peut être marbrée, mouchetée, chinée, voire
presque unie. Il arrive qu’elle présente des inclusions métalliques. Bien qu’assez rare, on en trouve dans différents pays du monde entier, y compris en Suisse (Valais, Tessin, Grisons).

A la fois tendre et résistante, relativement facile à travailler et excellente conservatrice de la chaleur, elle a été employée depuis des temps très anciens pour de multiples usages (récipients, marmites, fourneaux, moules pour la fonte, dans la construction...) et pour
la sculpture (art Inuit, par exemple).

Occasionnellement je travaille aussi l’albâtre, autre pierre relativement tendre, mais plus rêche au toucher.